Home, sweet Home !

Cédant à une humeur de déception, en sortant du bureau de centralisation des résultats électoraux à Quimperlé, je me suis surpris à m’interroger sur l’éventuelle influence du film de Yann Arthus-Bertrand, Home sur le choix définitif des hésitants. Très vite, j’ai mis ce questionnement sur le dos de la déception et, bon joueur, je me suis dit que j’aurais tort d’imputer notre échec à la seul diffusion par une chaîne du service public (à une heure de grande écoute) d’un film programmé de longue date.

La révélation par le Monde d’un courrier adressé aux préfets pour organiser et promouvoir la diffusion du film me permet de revenir aujourd’hui sur ce film. Aujourd’hui, le journal Le Monde révèle qu’un courrier officiel émanant des services de Jean-Louis Borloo a été adressé aux préfets pour les encourager à promouvoir le film de Yann Artus-Bertrand. Cette nouvelle pièce versée au dossier « Home » m’invite à apporter à mon tour de nouvelles réflexions sur le cas YAB !

D’abord, je sais qu’on pourra me reprocher d’être par trop subjectif et pourquoi pas de manquer de nuance, mais ce film, « Home », j’avoue que je le trouve d’une médiocrité étonnante, on connaissait tous le travail photographique de YAB, ses photos sont belles mais le mérite lui en revient-il vraiment ? Oui elle est belle notre planète… Surtout vue d’un hélicoptère…Certes, certes mais je n’ai jamais réussi à trouver un parti pris artistique vraiment flagrant à ces photographies au pire bilan carbone de l’histoire de la photographie. Bon allez octroyons à YAB d’en avoir eu l’idée. Bien que Nadar eut la même intuition, un siècle avant Artus-Bertrand, que tout ceci serait tellement plus beau, vu d’en haut. Il fut un des premiers à prendre des clichés depuis une montgolfière.

Donc pour le film, on prend le même concept, on rajoute un gyroscope à l’hélicoptère, une caméra HD et volez jeunesse !.. Vous shootez, vous montez, vous assaisonnez d’un commentaire larmoyant au possible, culpabilisant à souhait… et vous obtenez la recette étouffe-chrétien d’un film à la platitude d’un soufflé gâché. Ce n’est pas du cinéma ! Comme les posters de notre enfance montrant des paysages de forêts embrumés n’étaient pas des photographies. C’est du temps de cerveau disponible offert à la bonne conscience écologique, et çà se regarde parce que la beauté de notre monde est fascinante.

J’apprends donc aujourd’hui en lisant Le Monde que Jean-Louis Borloo a envoyé une lettre aux préfets accompagnée d’un DVD du film pour « un appel à la prise de conscience écologique en matière de réchauffement climatique. ». Des préfets se sont exécutés d’autres ont refusés. Troublant, pour le moins…

Troublant également cette programmation qui aurait été faite de longue date et dans plus de 81 pays dans le cadre de la journée mondiale de l’environnement. En Europe un seul pays a proposé le film. Un pays qui ne votait pas : la Suisse. Tiens donc…

Amoureux de la nature et fortement préoccupé par les questions environnementales je ne vais pas trop en vouloir au film s’il a permis une vraie prise de conscience autour de ses questions.

J’attends maintenant des actes forts de la part de Monsieur Borloo… la mise en place d’une taxe carbone sur les déplacements énergivores par exemple…

Au fait, un hélicoptère c’est gourmand comment ?

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 
 

Poster un commentaire