Une réforme est nécessaire mais elle doit être juste et équitable

Le conseil national du 26 juin a adopté, à l’issu d’une séance de travail riche et studieuse, la position du Modem sur la réforme des retraites.

Le conseil national du 26 juin a adopté, à l’issu d’une séance de travail riche et studieuse, la position du Modem sur la réforme des retraites.

Pour ma part, je suis intervenu pour rappeler la nécessité d’une réforme permettant de sauver la cohésion sociale et l’équilibre républicain de notre pays.

Autour des retraites il est beaucoup question d’équilibre financier. Certes ce point est important, mais la réforme est d’abord primordiale pour des questions humaines et sociales. Il doit y avoir plus de justice et d’équité devant la retraite. Refuser cette réforme c’est mettre en danger l’équilibre de notre pays. C’est aussi à terme menacer notre système de retraite par répartition.

Les partis refusant l’idée d’une réforme ne sont pas responsables.

Cependant le projet que nous propose le gouvernement n’est pas acceptable.

Il ne règle rien et sur certains aspect il creuse les inégalités sociales affaiblissant encore les plus défavorisés dans leur parcours professionnel.
La fin du filet de sécurité de 65 ans est inacceptable.
Il ne prend pas en compte la question de la reconquête de l’emploi, liminaire nécessaire à la résolution de l’équation de l’équilibre.
Les conditions mises en place pour la pénibilité ne sont pas tolérables. Le modem propose un fonds de cotisation pour la pénibilité. Une caisse alimentée par les entreprises au prorata des risques qu’elles font encourir à leurs salariés. Ce système permettra d’inciter les entreprises à plus de prévention et à une évolution des parcours professionnels.

Les 9 points présentés par le conseil national amorce une autre voie. Une voie plus juste, plus équitable, plus humaine.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 
 

Poster un commentaire