Lettre ouverte à monsieur Wauquiez, Ministre chargé des Affaires européennes,

Monsieur le Ministre chargé des Affaires européennes,

Au cours de l’émission BFM TV 2012-Le Point-RMC du dimanche 8 mai 2011,vous avez déclaré que votre groupe « la droite sociale » déposerait bientôt une proposition de loi visant à contraindre les bénéficiaires du RSA à « assumer » cinq heures hebdomadaires de « service social ». Vous avez également affirmé : « Aujourd’hui, un couple qui est au RSA, en cumulant les différents systèmes de minima sociaux, peut gagner plus qu’un couple dans lequel il y a une personne qui travaille au SMIC. Ça c’est la société française qui tourne à l’envers. »

Comment pouvez vous faire une telle erreur ?

Le RSA voulu par Martin Hirsh ne permet pas les cumuls que vous condamnez et je ne pense pas imaginable que vous puissiez l’ignorer. Vous savez que les chiffres que vous donnez sont faux. La société française qui tourne à l’envers c’est un pays où un ministre de la République n’hésite pas à stigmatiser les plus faibles en instillant le doute sur la pertinence de la solidarité, cela pour s’attirer les faveurs d’un électorat déboussolé par vos promesses abandonnées.

En tant que président d’une association intermédiaire d’insertion par l’activité économique, je sais, aux cotés des salariés de l’association, des travailleurs sociaux et des bénévoles, l’importance de l’activité dans le parcours qui conduit un bénéficiaire du RSA de la détresse de l’inaction à la dignité d’un emploi stable et humainement valorisant. Pour nous, acteurs de l’économie sociale et solidaire, la valeur travail n’est pas une vaine idée. Pour autant, vouloir conditionner la perception d’un revenu de solidarité à la réalisation d’un travail gratuit est une aberration incroyable. Elle marque une incompréhension totale des réalités du terrain et des aspirations des personnes que la vie a éloigné de l’emploi. Non, monsieur le Ministre, personne ne choisit de ne bénéficier que du seul RSA pour survivre. Le courage et la détermination des bénéficiaires du RSA dans une association comme la notre sont tous les jours démontrés.

Plutôt que de stigmatiser d’hypothétiques profiteurs, monsieur le Ministre, proposez donc à votre gouvernement de remettre de la lisibilité et des moyens dans les politiques d’action à destination des personnes bénéficiaires du revenu de solidarité active. Mettez en oeuvre des moyens pour que les acteurs de l’insertion puissent travailler sereinement.

Notre association organise, le 26 mai prochain, à l’occasion de son assemblée générale, une table ronde autour de l’insertion, de ses difficultés, de ses enjeux. Je vous invite, aux cotés des acteurs et des élus locaux, à venir y participer et vous confronter à la réalité d’hommes et de femmes qui, plus que tout, aspirent à vivre dignement de leur travail.

Dans l’attente de vous rencontrer lors de cette table ronde, je reste à votre disposition et je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Erwan Balanant, maire-adjoint à Quimperlé, président de l’association IDES (Initiative pour les demandeurs d’emploi par l’économie et la solidarité)

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 
 

Poster un commentaire